in the name of Anne-Sophie

Aussi choquant que ça nous paraisse tous, notre belle Anne-Sophie nous a quitté le 22 avril 2010, pour rejoindre une paix désormais éternelle.

Malgré l’immense peine qu’elle laisse derrière elle, c’est un mémorial sincère et souriant que se veut être ce site, témoin de l’image vibrante que nous garderons à jamais d’Anne-Sophie, un ange aux multiples facettes et qui savait si souvent rire de la vie.

Les témoignages déposés ici seront transmis à sa famille, et nous vous en remercions par avance.

Écrivez un nouveau message dans le livre d’or

 
 
 
 
 
 
 

Les champs marqués avec un * sont obligatoires.
Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.
Il se pourrait que votre message n’apparaisse dans le livre d’or qu’après que nous l’ayons vérifié.
Nous nous réservons le droit de modifier, de supprimer, ou de ne pas publier les messages.
155 messages.
Ed Ed a écrit le 29 avril 2010 à 9 h 54 min
Hep la Miss, un rêve de realiser ! Les Washington Capitals éliminés ! On se reverra.... ED
Stéphanie Stéphanie a écrit le 29 avril 2010 à 2 h 09 min
Un coup de tonnerre. Stupéfaction, déni (non ce n'est pas possible, pas Anne-So) et puis juste une immense tristesse, un vide. Depuis le collège, tu es là ma ptite AnneSo. Pour partager les bons et les moins bons moments. Les séjours linguistiques trop galères, les colo au ski bcp plus funs (merci Virginie pour les photos!), les voyages scolaires (quand on vous avait oublié Caro et toi dans un coin de Berlin, merci Hollywood chewing gum), les cours sur les bancs de Pompidou puis de Lapie, les délires et les doutes d'adolescentes! Tu étais la seule à me souhaiter mon demi-anniversaire!!! Et vice-versa... Puis il y a eu les années facs où on s'est perdu de vue, Puis les retrouvailles il y a qqs mois et à nouveau les bonnes soirées entre copines, les délires (cette soirée revival à la patinoire!!). Je suis heureuse de t'avoir retrouver et puis anéantie de t'avoir perdue. Au vue des témoignages sur ce site il n'y a pas que ds ma vie que tu laisse un vide immense. Nous retiendrons tous ton sens de l'humour dévastateur (j'adore!!!),ton enthousiasme constant, ta façon de t'investir avec passion ds chacun de tes projets. Le hockey par exemple! (tout ça pour mater tous les hockeyeurs qui nous faisaient fantasmer au collège!!). Quand on s'est revu, on s'est raconté nos vies et je n'ai rien vu, rien compris. Pardon. Je pense très fort à ta famille, tes frères, tes amis, tes copines du Hockey. Je partage leur douleur. Alors je te fais une promesse, je ne t'oublierai jamais, tu sera toujours là et quelque part, je continuerai à partager avec toi les bons et les moins bons moments.
Jean Jean a écrit le 29 avril 2010 à 1 h 41 min
Je viens d'apprendre la nouvelle.. via Facebook.. nouvelle tellement impossible à croire que j'ai vraiment cru à un gag.. Putain anso, t'avais 30 ans.. t'étais pleine de tellement d'envie, de passion.. Pour FT, on aura voyager d'Amerique jusqu'à Taiwan, manger des sushis et monter sur des grattes-ciel, trainer nos appareil photos jusqu'à pas d'heure dans ces grande ville pas si endormie que ca, et passer encore bien plus d'heure à photoshoper tout ca, entre deux jeux de mot de merde sur msn Putain, anso, j'ai tellement de bon souvenir de tout ca.. et l'horrible certitude que jamais tu ne saura à quel point t'avoir rencontré m'a fait du bien. J'aurais vraiment vraiment voulu pouvoir te rendre la pareille ! T'avais 30 ans, et 3 jours de plus que moi..
Nelly Nelly a écrit le 29 avril 2010 à 0 h 13 min
Je n'ai appris la nouvelle qu'hier soir...voilà ce qui se passe quand on n'est pas sur facebook..on reçoit un message de quelqu'un qui lui, y est et qui vous donne l'info. Comme on refuse d'y croire, on cherche des preuves sur le Net, où on peut, et on découvre ce site avec stupeur. Le sol qui s'écroule sous vos pieds... Voilà, mon amie, ma soeur de toujours, avec qui j'ai grandi est partie. Que mes doigts sont lourds sur le clavier; je suis tellement anéantie... Une amitié de plus de 20 ans qui se termine en queue de poisson. Des souvenirs de primaire, du collège, du lycée, de l'époque étudiante, de l'entrée dans la vie active etc. bref, c'est ma petite soeur qui s'en va. La vie nous a parfois éloignées, parfois réunies mais j'ai toujours vécue cette amitié fraternelle sereinement, avec cette certitude que nous serions toujours liées et là l'une pour l'autre. On se connaissait tellement et je sais combien tu as souvent cherché à camoufler auprès de moi tes moments difficiles pour me les avouer après coup. Je t'ai tellement engueulé pour cela, pour que tu me parles de tout en temps réel, pour me laisser te tendre la main... cette fois, mon coup de gueule, mon cri d'amour pour toi arrive trop tard... Mes pensées vont, ce soir, tout particulièrement vers Guillaume, Xavier et tous ceux qui ont su l'aimer.
JP JP a écrit le 28 avril 2010 à 22 h 25 min
Ça m'a bien choque d'apprendre cette terrible nouvelle. Ou que tu sois repose en paix. Tout le monde gardera a jamais l'image d'une fille super. Toutes mes condoléances a Guillaume et a tous tes proches.
YVON YVON a écrit le 28 avril 2010 à 22 h 15 min
Anne so quand j'ai appris cette terrible nouvelle, j'y croyais pas, et pourtant... Que dire de plus, tout le monde a déjà dit que c'était une fille super, géniale, attachante, souriante, charmeuse surtout lors des entrainements à St Ouen. Pleine d'envie et de ténacité sur la glace, toujours la gagne, en matchs de championnats comme aux entrainements. Beaucoup de supers souvenirs, surtout un certain soir d'halloween avec Val, Rod, etc... Je me faisais une joie de te voire au match samedi dernier pour te prendre la tête afin que tu reviennes jouer a St Ouen. Je n'arrive toujours pas à y croire, tu vas me manquer. Impossible d'oublier une fille comme toi. Prends soin de toi. Sincères condoléances à tes proches. Yvon (ton entraineur préféré comme tu savais si bien me le dire)
Virginie Virginie a écrit le 28 avril 2010 à 22 h 07 min
Ma chère Anne-So, Le Collège Pompidou, puis le Lycée Paul Lapie, une colo au ski, puis plus rien, puis Facebook et voilà que nos chemins se recroisent... Après toutes ces années, je retrouve une femme magnifique, qui a toujours la banane, avec plein de projets et de passions... Je partage quelques soirées, pleins de fous rires, de délires (on les a bien niqué ces crétins de lapins!!), de confidences... Aujourd'hui, plus rien, je suis désemparée, je ne réalise pas, je ne veux pas y croire... Et je comprends aujourd'hui pourquoi tu as fait semblant de ne pas te rappeler de nos dessins de cachets au lycée... Nous avons partagé les TS en 1ère, nous y avions survécu, j'y ai fait allusion la dernière fois que l'on s'est vu, et tu ne t'en souvenais pas... Pourquoi n'ai-je pas compris, pourquoi n'ai-je pas réagis, pourquoi n'as-tu pas survécu ? Je m'en veux, je t'en veux, lorsqu'on se reverra, je te prendrais dans mes bras, mais attends toi aussi à un savon... A bientôt poulette... Je t'embrasse Mes sincères condoléances et beaucoup de courage à toute la famille d'Anne-Sophie. Virgy
iuna iuna a écrit le 28 avril 2010 à 21 h 43 min
Anne-So... Anne-So, Anne-So. que dire ? se souvenir des moments partagés. nos rigolades en préparant le bêtisier des profs. nos rigolades en cours de bio, entre autres, charmante Madame B. nos rigolades en voyage scolaire. nos rigolades pendant ces quelques soirées, à manger des sushis, à aller se promener dans paris, à finir chez des copains à toi. ton soutien lors du décès de ma grand mère. ton sens de l'humour... ou du sarcasme ? 🙂 ton sens de l'autre. nos messages échangés sur PL, un peu de vérité à dire en face, mais par clavier. nos lettres échangées pendant quelques mois, à se battre pour savoir qui ferait le plus rire l'autre, je pense que tu as gagné (t'as compté les mots là ?) nos révélations, l'une à l'autre, d'un même passé lourd. nos façons, très différentes, d'appréhender la chose 😉 nos combats, intérieurs, extérieurs, t'en as de la chance d'avoir un prénom composé, moi je me suis battue contre mon double sans savoir le nommer. tes photos, pour mon mariage, le plus beau cadeau que j'ai reçu. ta présence, pour tout le reste. ton absence, aujourd'hui, même si le contact a été un peu rompu. ta passion pour Xav. ta raison pour ne pas le rejoindre, qui me semble aujourd'hui un peu capillotractée. ton goût pour les cheveux un peu voyants, puisqu'on en parle. ton engagement, auprès des autres, toujours. ton sourire, ton rire, toi qui savait si bien rire de tout, même si au fond finalement, tu ne rigolais pas tant que ça. ta rédaction, avec le Sherif Ynrab et ton lait fraise. Comme tu l'as dit, je me refais le film à l'envers et je me demande où je me suis loupée. la vie a fait que nous nous sommes éloignées. disons qu'entre ta crise d'ado à retardement 😉 et ma vie il y avait un fossé. c'est vrai que j'aurais pu, que j'aurais dû le combler. mais c'est comme ça. alors voilà, pour moi c'est un peu tout ça qui s'en va, j'aurai toujours une pensée pour toi, par-ci, par-là, comme d'hab, un moment suspendu où je me dirais que c'était bien de te connaître, que ça rendait un peu plus grand. dis, tu m'attends ?
Christophe Christophe a écrit le 28 avril 2010 à 21 h 20 min
Anso, toi qui semblais souvent étonnée que les gens puissent s'intéresser à toi, force est de constater que tu étais quelqu'un d'extraordinaire, les différents témoignages en sont la preuve, s'il en fallait encore une ! Je n'ai jamais été aussi triste qu'au moment où j'ai appris ta disparition. J'essaie maintenant de me remémorer tous les bons souvenirs qu'on a pu partager en 5 grosses années, et j'en redécouvre un à chaque instant ! Les répliques inutiles de H et du JCC qu'on sortait tout le temps, les pauses de 15h38, les séances de natation, les mains du jour, les matchs d'un peu tous les sports, les voyages etc. Je pense aussi aux projets que tu avais en vue, en particulier nos projets communs, je ferai mon possible pour en réaliser un. Je n'oublierai jamais ton soutien sur toutes mes courses aux 4 coins du monde, à chaque fois tu finissais cramée (ou enrhumée) après 11h de supporting et de shooting, mais toujours fidèle au poste. Le 4 juillet, je courrai pour 2, tu seras un peu avec moi. Merci pour tout le temps que tu as consacré aux autres, par exemple les SDF ou les adhérents de tes différents clubs (et du mien), à travers les photos, calendriers et sites web. Et comment oublier ton défilé de mode ? Au pied levé, tu passes de couturière à modèle, et tu défiles comme une pro, à la fois intimidée, mais rayonnante de beauté. Bref, la liste est encore longue, j'ai des images plein la tête, et les yeux bien humides. Tu nous a quittés bien trop tôt, tu vas laisser un grand vide. Christophe
Pauline Pauline a écrit le 28 avril 2010 à 20 h 59 min
Anso, Une nouvelle comme sa est difficile à comprendre, encore plus à accepter. Aussi brutale et inatendue.. Je ne te connaisait pas beaucoup, mais on se croisaient parfois et on discutait un peu de tout et de rien, des petits problèmes de tous les jours, du hockey,.. Tu était une fille adorable, à l'écoute des autres, souriante et joyeuse. Le souvenir que nous garderons de toi est celui de toi passionée, heureuse.. Tu avait toujours une crosse ou un apareil photo à main..Voir quelqu'un d'aussi pationné que tu l'était est rare, et tu vas manquer à beaucoup de gens.. J'espère que tu repose maintenant en paix, que tu es bien là où tu es.. , tu restera dans nos coeurs.. Mes sincères condoléances à la famille Duserre.
Brigitte Brigitte a écrit le 28 avril 2010 à 16 h 51 min
En pensant à Anne-So, je me souviens d'éclats de rire, de sushis "faits maison", de tenues vestimentaires incompréhensibles mais aussi de coups de gueule, de silences et de ce samedi soir d'hiver, en sortant du bowling de Courbevoie. Un bruit mat de palet en arrivant au parking... et une ombre qui virevolte... Intriguée, je m'approche. C'est toi ?". "Oui c'est moi". Je me suis inquiétée de la savoir, seule, le soir, dans un parking désert. Et elle, "t'inquiète, j'ai l'habitude". C'était ça aussi, Anne-So, "se battre contre un mur de béton" A Saint-Ouen, comme ailleurs, elle n'a laissé personne indifférent, qu'on adhère ou pas au concept Anne-So. Je suis sûre que là où elle est, elle doit bien se marrer avec les anges... et les démons hockeyeurs.
krystl krystl a écrit le 28 avril 2010 à 12 h 44 min
Bonsoir Anne-So, Je viens de lire la détresse de Julia sur son mur de fcbk, mes yeux sont figés et je ne comprends pas...je n'ai pas les mots, mon cerveau est ss le choc, ttes ses années passées sur les bancs de l'école à faire les cons, bien ke tu fut plus studieuse que la plus part d'entre ns..!!! 🙂 puis les années ont fait que chacun a suivi son chemin, mais la patoche, et les soirées nous ont permis de ns revoir, et de délirer comme si ns avions encore 16 ans! Pars en paix petit ange, ne te retourne pas car où que tu sois nous ne serons jamais loin, et ton sourire continuera de briller comme le soleil qui se lève pour ns autres chaque matin.. God bless u... Courage & compassion & amour aux membres de sa famille. que mes pensées vs accompagnent. je t'embrasse de kanaky.. A bientôt peut être là-bas... kryst
Michael Michael a écrit le 28 avril 2010 à 10 h 17 min
Anne Sophie... You knew how I felt; you knew I'd never be accepting this early exit. For that I am angry with you. There is no dignity in death, only an exit. But I guess that is what you wanted… or a part of you anyway. The part that couldn't see how many people cared about you. Even if they didn't show it the way you wished they would. You needed someone to love you the way you loved and cared for others, so that you had something to live for. And for that, I am angry with myself and the world. You offered so much to the people in your world. Your kindness, compassion, and unselfishness in life was a guiding light that I wish I, and everyone, would have looked up to. I will miss you terribly. I'll miss: - Your funny smirk when you put you puckered lips to the one side of your face - Your sarcasm at my ill-conceived notions of superiority, that brought me back to earth. - Your uncontrollable laughter when we joked at other people expense. - Your un-wavering passion for all sports things in Colorado and Ilya Kovalchuk. I'll miss that will never do the things we talked about do together. Watching the entire Dragon Ball series together. Playing and winning in Holland next year... Now you'll never "pay-up" on that bet we had that I'd still be in Paris by spring (you know the bet, 🙂 ) Most of all, I’ll miss the opportunity to talk together years and years from now laughing about how stupid we were when we were in our early 30s... Good Bye Anne Sophie. Kiss
Sarah Sarah a écrit le 27 avril 2010 à 23 h 23 min
Chère Coloc, Parmi tous ceux qui nous connaissaient, pas un n'aurait parié un instant sur cette cohabitation… Et puis l'équilibre s'est établi naturellement dès le début, des rythmes et caractères ultra-différents qui partagent deux ans durant une cuisine (et les canettes de coca oubliées explosées au congel), une salle de bain (avec les séances de brossages de dents / coups de gueule - défouloir du moment), un canapé (plutôt un séchoir pour protections de hockey), des tranches de vie aussi : ton premier reflex, la première fois à Denver, l'admiration que tu portais à ta petite nièce sur laquelle tu ne tarissais pas d'éloges --photos à l'appui--, aussi plus douloureuses comme le départ de ta grand-mère… Après les nombreux bols de céréales renversés sur les PC, ce soir ce sont mes larmes qui inondent bêtement le clavier ; sentiment à la fois de tristesse, et de bonheur d'avoir partagé quelques bribes de ta vie si remplie. Toutes mes sincères condoléances à tes parents et tes frères. Rest In Peace Anso.
Lucienne Lucienne a écrit le 27 avril 2010 à 22 h 38 min
Lucienne, ton professeur de couture qui t'aimait beaucoup. Abasourdie par cette triste nouvelle. Une fille avec un tempérament de feu, souriante, agréable, généreuse... une personne de valeur, droite, qui nous manquera cruellement. Des moments précieux partagés ensemble, des espaces de paix qui ponctuaient des journées de travail difficiles. Nos petits moments à nous ... et un immense vide laissé derrière toi. Lucienne
Reno Reno a écrit le 27 avril 2010 à 22 h 23 min
...Quelques années passées ensemble sur les bancs de la patinoire de Courbevoie, Courbiche comme on dit...Pas mal de matches joués en vétérans sur la même ligne,la troisième, celle des vrais héros inconnus du hockey ! ...J' ai réalisé après coup depuis combien de temps je te connaissais . Une partie de ce qui fait aussi ma vie a disparu avec toi, et il va m'être difficile de chausser les patins sans y penser . Tu me manqueras, tu manqueras à notre équipe vétérans de Courbevoie, toi et ton humour, ta personnalité, ta vivacité d' esprit, tellement de qualités et surtout cette incroyable capacité que tu avais développée de pouvoir jouer au hockey parmi cette bande de rustres poilus malodorants que sont les Caribous ! Tu restes une des nôtres, même si l' équipe ne sera plus la même désormais . A+ et je t' embrasse, Renaud Toutes mes condoléances à tes proches et à ta Famille
Jenny Jenny a écrit le 27 avril 2010 à 22 h 15 min
Au revoir Anne-So, tu vas nous manquer. Nos sincères condoleances à Lucille, Gerard, Guillaume et Matthieu de Jenny, Stephan et toute la famille (Ute, Peter & Nicole) à Freudenstadt!
Rosita Rosita a écrit le 27 avril 2010 à 19 h 46 min
Je t'ai souvent croisé à la patinoire : bonjour / bonsoir. Notre timidité à chacune a fait qu'il n'y a pas eu plus mais je compatis à la douleur que tu as laissé derrière toi. J'espère que tu as trouvé la paix où tu es maintenant. La vie est très difficile mais elle nous offre pourtant beaucoup de belles choses. Tu resteras dans nos souvenirs... Une pensée à Guillaume et à ses parents. Au revoir ANSO.
Olivier Olivier a écrit le 27 avril 2010 à 19 h 36 min
Bonsoir, Que dire dans ces moments dramatiques, mise à part que je vous adresse mes plus sincères condoléances. Mes pensés iront d’abord à ces proches puis évidemment à l’ensemble de son équipe. Je vous souhaite du courage en vous souvenant des bons moments passés avec Anne Sophie, qui, j’en suis sûr était à l’image des féminines.
Julien Julien a écrit le 27 avril 2010 à 18 h 58 min
On ne s'est croisé qu'à de rares occasions et pourtant j'avais l'impression de bien te connaitre à travers Guillaume, tu avais toujours le mot pour rire. Où que tu sois, nous ne t'oublierons pas. Repose en paix. Julien (Rourou)